Rencontres

Nous allons maintenant vous présenter les entretiens que nous avons eus avec tout d’abord M.Le Peillet, directeur commercial de la Compagnie des Pêches, que nous avons rencontré le 17 décembre 2012 à 11h. Nous avions également rendez-vous avec la responsable des ventes des Thermes Marins, Mme.Darboux le même jour à  14h. De la part de Phytomer, nous avons seulement reçu une brochure étant donné qu’ils étaient peu disponibles pour  nous recevoir.

 

o

Questionnaire de la Compagnie des Pêches:

o

_Dans quelles zones pêchez-vous le plus ?

« Nous pêchons principalement dans l’atlantique nord-est. Nous possédons trois bateaux: 

- le Joseph Roty II qui pêche du merlan bleu en Ouest Irlande et dans les îles féroé, pour la filière surimi avec une transformation dans l’usine du groupe à Saint-Malo. La compagnie des pèches est le seul producteur en Europe à maîtriser la filière depuis la pêche jusqu’au bâtonnet de surimi.

- La Grande Hermine pêche le cabillaud, l’églefin et le lieu noir dans la mer de Norvège, pour la filière filet de poisson des mers froides surgelés. Les captures de ce navire sont, depuis 2011, certifiées MSC (=Marine Stewardship Council, c’est une label important promu par le WWF, concernant le poisson).

- L’Ocean Tiger pêche les crevettes des mers froides sur les côtes ouest et est du Groenland. »

o

_Comment se déroule la transformation de la pêche ?

Exemple:  Le Joseph Roty II.

« Pour le Joseph Roty II, la première partie de la transformation se fait en mer. Le merlan bleu est pêché par un chalutier, il y a plusieurs étapes; tout d’abord le filetage, c’est à dire vider le poisson, puis de la pulpe est produite grâce à la chair de poisson qui est broyée, nous extrayons les protéines et nous éliminons les glucides et les lipides. Nous conservons les protéines non-solubles, cela nous donne la matière première qui est surgelée sur le bateau: le surimi base. La deuxième partie se déroule sur terre; soit le surimi base est utilisé à l’usine Comaboko pour créer des bâtonnets surimi, ou le surimi base est vendu à divers clients, qui fabriqueront eux-mêmes des bâtonnets ou des terrines, il peut même servir d’ingrédients dans certains produits pharmaceutiques. »

o

_Exportez-vous beaucoup de votre production à l’étranger ? 

« Oui. L’exportation représente 18% à 19% du chiffre d’affaire qui est de 52 millions d’euros. Nous exportons principalement le surimi base au Japon, les bâtonnets dans le bassin méditerranéen et dans le sud de l’Europe. »

o

_Par quoi montrez-vous la qualité de vos produits ?

  »Nous montrons la qualité de nos produits tout d’abord par la fraicheur et la saveur qui sont préservées, mais aussi par la traçabilité totale de la pêche du poisson, du respect des ressources et de l’environnement, de la qualité garantie et constante grâce à des certifications, par la sécurité alimentaire, puis par l’origine France (pêchée par la pêche française), mais aussi car nous avons aussi des prix stables et intermédiaires… »

o

_Êtes-vous intéressé par la politique de développement durable?

« Bien sur, mais il faut bien préciser que le développement durable ne touche pas seulement l’environnement, il concerne aussi la dimension sociale. En ce qui concerne l’environnement, nous respectons les quotas donnés, et nous participons à l’éco-conception emballage, de plus tous les déchets sont ramenés sur terre, même les déchets hydrauliques. »

o

_Quelle est la composition de votre clientèle?

« Notre clientèle est composée des Grandes et Moyennes surfaces (GMS), c’est à dire Carrefour, Leclerc, Auchan… à l’échelle internationale; d’industries (comme Bonduelle) ; de RHF: les restauration hors famille, comme Métro, PromoCacsh… et des entreprises de surgelés (Picard, Thiriet…) »

o

o


o

Questionnaire des Thermes Marins:

o

_Quelles ressources maritimes utilisez-vous dans vos soins et produits ?

« Nous utilisons seulement l’eau de mer pour la thalassothérapie, elle est utilisée dans 12 soins par exemple pour les bains et les douches, pour la kinésithérapie, le SPA, la piscine. Et les perles d’huitres sont utilisées dans certains cosmétiques pour les gommages. »

o

_Quels soins typiquement maritimes ont le plus de succès ?

« Les soins qui ont le plus de succès sont l’affusion manuelle qui est un soin général du corps qui dure 25 minutes, c’est un modelage sous une fine pluie d’eau de mer chaude, réalisée par une phytothérapeute. L’autre soin qui a le plus de succès est l’enveloppement d’algues qui est un enveloppement complet du corps par une crème d’algues chaude suivi d’un rinçage drainant à l’eau de mer, c’est un soin reminéralisant durant 25 minutes. »


o

_Quelles sont les différences entre les bienfaits de l’eau de mer et de l’eau de source ?

« L’eau de mer libère des vertus quand elle est chauffée qui contribuent à la détente, au bien-être, elle agit par exemple sur des séquelles de fractures ou sur des rhumatismes. Tandis que l’eau de source agit par exemple sur l’asthme et la respiration. »

o

_Fabriquez-vous vos produits ?

« Nous faisons fabriquer nos produits avec des recettes nous appartenant. »

o

_Quelle est la composition de votre clientèle ? Avez-vous une clientèle étrangère ?

« Nous avons 75 000 clients par an qui pratiquent environ 260 000 soins. La clientèle est majoritairement très aisée, malgré 1 ou 2 soins qui sont à des prix abordables. Nous avons très peu de clientèle étrangère, 85% de notre clientèle est française dont 65% proviennent de la région parisienne. »

o

_Exportez-vous certains de vos produits, et où ?

« Oui, au Japon, en Égypte ou encore à Bali ou à Dubaï. »

o

_Les Thermes Marins poursuivent-ils une politique de développement durable ?

« Oui, par rapport à l’environnement notamment avec un système de traitement pour l’eau mais aussi dans notre comportement de tous les jours.« 

 

Laisser un commentaire




Glowconropa |
Gasparddelanuit |
Percfistsmithun |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mimou001
| جمعية الامان لرعاية وتربية ...
| Cryedhwiwewee